[ed-logo id=’7324′]

Latest Posts

Peter Bagration (1765-1812) – Le Consulat et le Premier empire

Le général Bagration. (Georges Dawe)
Le général Bagration. (Georges Dawe)

Peter Bagration descend de la dynastie royale de Bagration, en Géorgie. Sa famille avait émigré en 1766, et il grandit dans une ville reculée du Daghestan, recevant son éducation de base dans une école de garnison.  Il rejoint l’armée russe en 1782, comme simple soldat du régiment d’infanterie d’Astrakhan, puis participe à un certain nombre de campagnes en Crimée et en Caucasie du nord, en 1782-1791. Il sert sous les ordres du feld-maréchal Alexandre Suvorov, se distingue à Ochakov en 1788. 

En 1789-1790, il sert dans l’état-major de Gregory Potemkin, et participe aux négociations avec des représentants de Ali Mahmud Khan de Perse. Il sert comme aide de camp de nombreux généraux, parmui lesquels le comte Ivan Saltykov et Johann Hermann, qui commande les troupes russes dans le Caucase. En 1790, il participe à la campagne contre les Tchechens. Début 1792, il rejoint le régiment de chasseurs à cheval de Kiev et promu second major (9 juillet 1792), puis premier major (8 décembre 1793).

Le 15 mai 1794, il est transféré au régiment des carabiniers de Sofia, et il sert en Pologne 1794. Il participe à des actions à Brest-Litovsk, Sedlitsy, Deryachin, Tatarovka, Sokolnya. A la fin du mois d’octobre, il mène, à la tête de son escadron, une attaque surprise contre un millier de soldats polonais campant dans les bois, avec un seul canon. Il capture 250 hommes et le canon, les püolonais en fuite laissant 300 tués et blessés. Cette action lui vaut le grade de lieutenant colonel, le 27 octobre 1794. En novembre, il suit l’armée principale à Praga, faubourg de la capitale polonaise, mais ne participe pas à l’assaut, son régiment couvrant l’artillerie. 

En juin 1795, Bagration reçoit le commandement du 1er bataillon des chasseurs Lifland, à Volkovysk, dans la région de Grodno. Après les réformes militaires de 1796, Bagration est nommé commander du te bataillon indépendant de chasseurs, le 28 mai 1797. Mais ce bataillon est rapidement transformé en 7e régiment de chasseurs. Le 24 février 1798, Bagration est nommé colonel, et, le 28 janvier 1799, il est nommé commandant de son régiment, qui se nomme désormais le régiment de chasseurs Bagration.

Il est ensuite avec Souvorov, en Italie et en Suisse. Commandant tour à tour l’avant et l’arrière garde de l’armée russe, il se distingue aux batailles de Tidone, Trebbia et Novi, en Italie, de même que pendant le passage du Saint-Gothard et de l’attaque du Pont du Diable. 

En 1800, son régiment devient le 6e chasseurs (10 avril) et il recoit le commandement des Chasseurs de la Garde le 21 juin. L’année suivante, il reçoit le commandement d’une résidence impériale à Pavlovsk.

  1. Bagration commande l’arrière garde de l’armée austro-russe, et combat avec détermination à Lambach et Amstetten. A Schönbraben (Hollabrunn), le 16 novembre, il commande 7.000 hommes contre 30.ooo français sous les ordres de Murat et de Lannes. Perdant deux tiers de ses troupes, il arrête les français pendant 18 heures, permettant au gros de l’armée alliée de s’échapper. Il est alors promu lieutenant général et reçoit l’Ordre de Saint-Georges (2e classe) le 20 novembre.. Durant l’offensive alliée, il combat à Wischau et Rauschnitz, puis il commande l’aile droite alliée à Austerlitz, le 2 décembre 1805. Après la défaite, il couvre la retraite de l’armée russe vers la Hongrie. 

En janvier 1807, Bagration reçoit le commandement de l’avant-garde russe et rejoint l’armée le 25 janvier. Il se distingue à Wolfsdorf, Eylau, Altkirch, Guttstadt, Quest, Deppen, Heilsberg, Friedland, and Tilsit, recevant l’Ordre de Saint-Vladimir (2e classe) et les Ordres prussiens des Aigles rouge et noir. Durant la guerre russo-suédoise de 1808, il commande la 21e division et occupe le sud-ouest de la Finlande, et Abo. Il repousse le débarquement suédois à Abo, en septembre 1808. Le 15 mars 1809, il conduit la célèbre marche sur le golfe de Bothnie, pris par les glaces, pour aller occuper les îles Asland et précipiter le coup d’état de Stockholm. Cela lui vaut la promotion au grade de général d’infanterie, le 21 mars 1809, et adjoint du commandant en chef le général Prozorovsky, à l’armée de Moldavie, le 13 juillet 1809. Après la mort de celui-ci, le 21 août, Bagration devient le commandant en chef, et déclenche aussitôt une offensive vers le sud, prenant les forteresses de Macin, Constanta et Girsov, et atteignant Cavrna et Bazardjik. 

Le 16 septembre Bagration défait les Turcs à Rassevat et le 22 septembre il assiége Silistra, forçant le Grand-Vizir Yussuf à stopper son invasion de la Serbie et de la Wallachie. 

Bagration s’oppose, à Tataritsa, à une armée turque plus nombreuse, dont il repousse l’avance à Silistra, et plus tard réussi à prendre Ismail et Braila. En mars 1810, il donne sa démission, étant en désaccord avec le tsar sur la stratégie générale et, pendant plus d’un an (mars 1810-août 1811), il voyage en Autriche et en Russie, s’occupant de ses affaires personnelles. Le 25 août, il reçoit le commandement de l’armée de Podolsk, réorganisée en mars 1812 en 2e Armée de l’Ouest. 

Pendant la campagne de Russie, Bagration échappe avec succès aux tentatives encerclement de Napoléon et obtient des victoires à Mir et Romanovo. Il échappe à Davout à Moghilev et rejoint Barclay de Tolly à Smolensk, le 3 août. Il est en faveur de l’offensive sur Smolensk, d´joue les plans de Napoléon et défend la ville avec succès les 15-16 ao1ut 1812. Son opposition déterminée à la retraite amène à l’élimination de Barclay de Tolly et à la nomination de Mikhail Koutousov.

Le 7 septembre, à Borodino, il commande des troupes sur le flanc gauche russe et défend farouchement les flèches contre les principales attaques françaises. Mais il est sérieusement blessé et il meurt le 24 septembre à Simy dans le gubernia de Vladimer. 

Il fut enterré dans l’église locale mais en 1839, ses restes ont été transférés à Borodino et enterrés sur la Grande Redoute. Sa tombe fut détruite par les communistes en 1932, mais restaurée en 1987.

Il avait fait un mariage malheureux avec la comtesse Ekaterina Skavronsky, qui aura un enfant illégitime avec Clemence don Metternich en 1801, et joua un rôle important durant le Congrès de Vienne en 1815.

 

LIEUX DE MÉMOIRE

A Eylau, sur la place centrale, non loin de l’hôtel de ville, se trouve le buste du général Bagration

Le monument Bagration à Eylau
Le monument Bagration à Eylau

A Friedland, la maison située Kutusova 12, se trouve la maison qui servit de QG à Bagration.

La tombe de Bagration se trouve  en face le musée de la bataille de la Moskova, sur l’emplacement de la redoute Raiewski.

Le musée de Borodino
Le musée de Borodino