[ed-logo id=’7324′]

Latest Posts

Johann Loudon (1762-1822) – Le Consulat et le Premier empire

Johann Loudon naît à Riga, en 1762, d’une famille irlandaise. Il entre au service de la Russie, obtenant le grade de capitaine en 1789. Il est appelé, la même année, à Vienne, par son oncle, le feldmarschall Gideon Ernst Freiherr von Loudon, l’un des grands capitaines de Marie-Thérèse (trois des neveux de ce Loudon entrèrent au service de l’Autriche : l’un avait été en disgrâce, et avait été tué au service de la Russie, en combattant les Polonais révoltés) –  le second était mort devant Belgrade, en 1789, victime des épidémies).

Johann Loudon commence par être adjudant de son oncle. Sa glorieuse parenté lui permet de gravir rapidement les échelons de la hiérarchie. Le voilà « Obrist », en 1792, année où son oncle décède. A partir de cette année là, il va se distinguer dans toutes les campagnes sur le Rhin : sa brillante tenue durant  celle de 1795 lui vaut le grade de major général, en mai 1796, puis il suit, en 1796, Wurmser en Italie.. Placé dans un endroit relativement tranquille, il n’en demande pas moins des renforts à Wurmser. Celui-ci refusant d’accéder à sa requête, Loudon tente sa chance derrière le dos du feldmarschall. Malgré la colère de ce dernier, Loudon conserve son poste, et aura divers commandements durant la campagne de 1796. C’est grâce à lui que Dedovich peut mener son offensive de l’Adige, durant la campagne d’Arcole. Durant celle d’Arcole, il est envoyé pour une attaque de diversion sur Brescia.

Mais durant la première phase de la campagne du printemps 1797 il doit retraiter devant Joubert. Peu après, Joubert s’étant aventurer trop à l’est, il avance de nouveau,  et vient à bout de Serviez à Glanig, le 27 mars, et s’empare de Bozen, Lavis, Trient, et arrive finalement à Rovoreto, ayant rejeté les Français hors du Tyrol. Il reçoit alors la Croix de Chevalier de l’Ordre de Marie-Thérèse.

Le début de la campagne de 1799 voit de nouveau Loudon au Tyrol, mais il rejoint peu après l’armée principale, dans la vallée du Pô. A la tête d’une brigade de grenadiers, il se distingue à Novi.

Loudon est promu feldmarschallieutenant en 1800, puis il est transféré en Galicie.

En 1805, il sert en Allemagne, et est, aux cotés de Mecsery, à Elchingen, sous les ordres Riesch, face aux soldats du VIe corps d’armée de Ney.

En 1809, il commande également une division. Après cette campagne, il quitte l’armée, et se retire sur ses terres, à Hadersdorf, près de Vienne.

Johann Loudon meurt à Hadersdorf, le 22 septembre 1822, dans sa soixantième année.