[ed-logo id=’7324′]

Latest Posts

Francisco Javier Castaños (1758-1852)

Fransico Javier Castanos
Francisco Javier Castanos

Don Francisco Javier Castaños Aragorri Urioste y Olavide (Francisco Xavier de Castegnos) naît à Madrid, 22 avril 1758 dans la Biscaye, au sein d’une famille distinguée de la Biscaye. Il est instruit dans l’art de la guerre par le célèbre général O’Reilly, son beau-frère, qu’il accompagne en Allemagne dans le voyage que celui-ci entreprend pour apprendre la tactique à l’école du grand Frédéric.

En 1794, il sert avec distinction comme colonel dans l’armée de Navarre aux ordres du général Caro contre les troupes républicaines de la France, est nommé lieutenant-général en 1798, mais peu après, banni de Madrid pour son opposition au système pacifique et au système de paix à tout prix, suivi par le gouvernement espagnol.

Il est rappelé lors de l’invasion française et investi du commandement d’un corps d’armée sur les frontières de l’Andalousie, en 1808, où le général Dupont doit pénétrer. Avec 9 000 soldats et 3 000 volontaires, il bat le général français dans une affaire dont la gloire revient en partie au suisse Reding, son lieutenant. La division française est déclarée prisonnière, 20 000 hommes sont envoyés sur les pontons de Cadix et dans l’île de Cabrera. Les résultats de la Bataille de Bailén (19 juillet 1808), et le fait que les troupes françaises soient contraintes à signer une déplorable capitulation, furent immenses.

Castaños est à son tour battu par Lannes à Tudela, au mois de novembre de la même année. Il unit alors ses forces à celles de William Carr Beresford et de Wellington.

En 1811 la Régence le nomme commandant du 4e corps et gouverneur de plusieurs provinces ; la bataille de Vitoria le 21 juin 1813 dont le gain est en partie dû à sa bravoure, donne une nouvelle preuve de ses capacités. Privé de son commandement par la Régence, il écrira au ministre de la guerre : « J’ai la satisfaction de remettre entre les mains du feld-maréchal Freyre, en vue des frontières de France, le commandement que je pris en 1811, sous les murs de Lisbonne. »

Il est destitué par la Régence par suite de dénonciations, puis réintégré par Ferdinand VII d’Espagne, et nommé capitaine-général de la Catalogne en 1815, puis en 1823, conseiller d’État en 1825, enfin président du conseil de Castille (1825). Il restera éloigné de la cour de 1833 à 1843, est écarté pour s’être opposé aux modifications apportées dans le droit de succession au trône.

Il rentre aux affaires, malgré son grand âge, après la chute de Baldomero Espartero (1843), et remplace Agustín Argüelles comme tuteur de la jeune reine

Don Francisco Javier Castaños meurt à Madrid, le 24 septembre 1852. Il avait été fait par Ferdinand duc de Baylen et grand d’Espagne.