[ed-logo id=’7324′]

Latest Posts

Fin d’ambassade

Fin d’ambassade à Saint-Pétersbourg

Portrait de Savary - Robert Lefèvre. Base de données Joconde
Portrait de Savary – Robert Lefèvre. Base de données Joconde

Vers la fin de novembre, je reçus l’avis officiel de mon remplacement à Saint-Pétersbourg par M. de Caulaincourt, qui y était nommé ambassadeur. Je m’occupais de chercher à lui louer un hôtel, afin qu’il fût établi d’une manière convenable tout en arrivant, et j’avais réussi lorsque l’empereur Alexandre, en me faisant demander le bail que j’en avais passé, me fit entrer en possession d’un magnifique hôtel qu’il avait fait acheter sur le grand quai de la Neva; il le donnait à la France en retour de celui que l’empereur Napoléon avait donné à la Russie au moment de l’arrivée de son ambassadeur à Paris.

Nous gagnâmes à ce marché, parce que l’hôtel que nous reçûmes à Saint-Pétersbourg était bien plus complet que celui que nous avions donné à Paris.

L’empereur Alexandre eut la bonté de me dire des choses personnelles extrêmement flatteuses sur la contrariété que lui causait mon rappel, et je puis dire que, si j’éprouvais quelque satisfaction à quitter sa cour, ce fut parce que je le trouvais personnellement trop entraÎnant. Comblé de ses bontés comme je l’avais été, il était à craindre pour moi, que dans des circonstances où il aurait fallu se retrancher dans l’austérité du caractère diplomatique, la reconnaissance et l’attachement que j’éprouvais pour lui m’en eussent empêché. Je me serais alors trouvé dans une position gênante, ou obligé de trahir mon devoir pour suivre une inclination bien naturelle: lui-même ne m’aurait pas estimé, et les affaires dont on m’aurait chargé n’eussent pas été faites.

L'ambassadeur Caulaincourt (Fondation Napoléon)
L’ambassadeur Caulaincourt (Fondation Napoléon)

Je ne dois pas taire ici que l’opinion la plus générale de la société était tout-à-fait défavorable à M. de Caulaincourt, et je m’aperçus bientôt que cette mauvaise disposition apporterait des difficultés à la marche qu’il aurait à tenir, pour la conduite des affaires que j’allais lui remettre en bon chemin. En cherchant la cause de cette disposition, je fus forcé d’en reconnaître la source dans la part qu’on lui Supposait avoir eue dans l’affaire du duc d’Enghien: j’étais déjà devenu assez fort en Russie, par le retour de l’opinion en ma faveur, pour l’employer à servir mon successeur, auquel j’étais attaché par des liens d’amitié étrangers à notre situation politique réciproque; je balançai d’autant moins à le faire, qu’en rendant service à un camarade, je servais à la fois mon pays, en lui aplanissant des difficultés qui, tôt ou tard, auraient nui à ses intérêts.

L’on se gênait peu à Saint-Pétersbourg, pour parler de M. de Caulaincourt sous ce rapport, et je n’eus pas de peine à rencontrer l’occasion d’entreprendre sa justification; je le fis encore pour l’empereur Alexandre lui-même, qui ne m’en avait cependant pas parlé, mais qui ne pouvait ignorer tout ce qui se disait autour de lui à ce sujet, et je voulais que l’accueil qu’il allait faire à l’ambassadeur de France fût dégagé de toute espèce de mauvaise impression ou arrière-pensée fâcheuse.

Il y avait à Saint-Pétersbourg des petits cercles de conversations, desquels s’écoulait, dans le reste de la société, tout ce que l’on voulait y répandre. Ce moyen me parut le plus favorable à l’exécution de mon projet: je choisis celui de M. de Laval[1], qui habite sur le quai Anglais; je croyais, ce jour-là, y trouver plusieurs Russes, ainsi que le duc de Serra-Capriola, ambassadeur de Naples, et M. le comte de Mestre, ambassadeur du roi de Sardaigne; mais je n’y rencontrai que ce dernier, de sorte que la conversation s’engagea, entre nous trois seulement, sur les affaires du temps. En leur demandant leur amitié pour mon successeur, je les vis à peu près muets. J’y étais préparé, et j’ouvris l’explication que je désirais; elle est présente à ma mémoire. A cette époque, j’ignorais la circonstance de la méprise qui avait rendu le duc d’Enghien victime de son malheureux sort, puisque ce n’est qu’en 1812 que je l’ai appris; mais je connaissais tout ce que les pamphlets avaient répandu sur cette catastrophe, et ils n’avaient pas ménagé M. de Caulaincourt, non plus que moi. Il me fut donc facile de réfuter ce qu’ils lui imputaient d’une scène à laquelle il n’avait pas assisté, puisqu’il est vrai qu’il n’arriva à Paris que le lendemain de son dénouement; je le pouvais, et le fis avec d’autant plus de force que moi, qui avais été à Vincennes, comme je l’ai dit dans le cours de ces Mémoires, je ne l’y avais pas vu, et que je pouvais en cela redresser l’injustice de ses accusateurs. Je ne savais que ce qu’il m’avait dit lui-même de sa mission à Strasbourg, et cette communication de sa part faisait toute la force de mon argument; mais j’étais loin de vouloir étendre au-delà l’intérêt que mon amitié lui portait. Je lui en ai depuis parlé à lui-même, et j’ai fait un appel à son honneur de me dire si, dans cette circonstance, je pouvais avoir un autre but que d’échanger avec lui la mauvaise couverture dont on l’enveloppait, en arrivant, contre les avantages de position que je m’étais donnés. Je n’ai laissé ignorer aucun de ces détails à M. de Caulaincourt à son arrivée, et pendant les douze jours que j’ai passés avec lui à Saint-Pétersbourg. S’il est vrai que, depuis mon départ, on lui ait rapporté qu’on m’avait entendu dire, dans une société de trente personnes, que lui, M. de Caulaincourt, était étranger à cette affaire; qu’elle ne regardait que moi[2], il avait les mêmes moyens de me défendre; cela lui était plus facile que lorsque j’ai entrepris la même chose pour lui, et je devais espérer le retour de mon procédé. Je lui en ai donné une double preuve au mois d’avril 1813, en arrêtant le jeune Ordener, qui, blessé de l’outrage fait à la cendre de son père, voulait faire publier plusieurs pièces qu’il trouva dans les papiers de sa succession. Je demande ce que cette publication aurait produit le lendemain du jour où l’on venait de voir, dans les journaux, cette justification, qui souleva l’opinion contre lui, lorsqu’on lut la lettre qu’il écrivit à l’empereur Alexandre sur ce sujet, étant près de lui le ministre de l’empereur Napoléon.

M. de Caulaincourt arriva à Saint-Pétersbourg vers le 10 ou le 15 décembre 1807. Je lui remis l’ouvrage que j’avais créé, et passai près de lui tout le temps nécessaire pour lui donner les explications dont il avait besoin; après quoi, je demandai mes audiences de congé.

Celle que me donna l’empereur fut presque amicale; sa fête se célébrait le 15 décembre; je voulus y assister; et c’est en m’invitant à dîner pour le lendemain, qu’il m’emmena dans son cabinet pour me fournir l’occasion de lui témoigner ma reconnaissance de tant de bontés. Il m’entretint assez longtemps des matières politiques que j’avais traitées avec lui, et me dit encore un mot du regret qu’il voulait bien avoir de mon départ, et, enfin, en m’embrassant, il me donna congé. A tous ses bons procédés, il joignit des témoignages de sa générosité: outre les diamants d’usage, qui consistaient dans une tabatière de grand prix, il me fit remettre un collier d’améthystes, qui était le plus bel ouvrage qu’il y eut chez le joaillier de la couronne; il était accompagné de tous les accessoires de cette parure; il y ajouta deux fourrures, l’une de martre zibeline, qui fit l’admiration des dames de Paris, et l’autre d’oursin noir, d’une égale rareté.

Je partis de Russie comblé, et de plus j’étais persuadé d’y avoir fait succéder une estime générale aux fâcheuses préventions que j’avais trouvées établies contre moi en y arrivant.

Je pris mon chemin par Wilna, Varsovie et la Silésie. L’empereur Alexandre avait donné ordre que l’on me fît accompagner par deux feldjägers (courriers de cabinet) jusqu’à Varsovie, de sorte que je n’éprouvai pas la moindre difficulté aux postes. En passant en Silésie, je rencontrai la tête des colonnes des prisonniers russes, qui retournaient de France dans leur pays. L’empereur les avait fait armer et habiller en uniforme russe. Cette galanterie avait été appréciée eu Russie, où elle était connue avant mon départ.

Ce fut le 16 janvier 1808 que j’arrivai à Paris, où j’eus encore le plaisir de m’entendre donner des marques de satisfaction par l’empereur; j’y attachai d’autant plus de prix que ce n’était pas trop son habitude, sans que pour cela il en estimât moins.

(Mémoires de Savary)

NOTES

[1] M. de Laval est un émigré français qui a épousé une dame russe.

[2] Je rapporte les propres expressions dans lesquelles il me l’a raconté lui-même, dans ces derniers temps, en mai ou juin 1815, à l’Elysée, à Paris.