[ed-logo id=’7324′]

Latest Posts

1813 – Trente-Septième Bulletin de la Grande Armée

, 31 octobre 1813

Les deux régiments de cuirassiers du roi de Saxe, faisant partie du premier corps de cavalerie, étaient restés avec l’armée française. Lorsque l’empereur eut quitté Leipzig, il leur fit écrire par le duc de Vicence, et les renvoya à Leipzig, pour servir de garde au roi.

Lorsqu’on fut certain de la défection de la Bavière, un bataillon bavarois était encore avec l’armée: S. M. a fait écrire au commandant de ce bataillon par le major-général.

L’empereur est parti d’Erfurt le 25.

Notre armée a opéré tranquillement son mouvement sur le Mein. Arrivé le 29 à Gelnhausen, on aperçut un corps ennemi de cinq à six mille hommes, cavalerie, infanterie et artillerie, qu’on sut par les prisonniers être l’avant-garde de l’armée autrichienne et bavaroise. Cette avant-garde fut poussée et obligée de se retirer. On rétablit promptement le pont que l’ennemi avait coupé. On apprit aussi par les prisonniers que l’armée autrichienne et bavaroise, annoncée forte de soixante à soixante-dix mille hommes, venant de Braunau, était arrivée à Hanau, et prétendait barrer le chemin à l’armée française.

Le 29 au soir, les tirailleurs de l’avant-garde ennemie furent poussés au-delà du village de Langenselbold; et à sept heures du soir, l’empereur et son quartier-général étaient dans ce village au château d’Isenburg.

Louis Friant.
Louis Friant.

Le lendemain 30, à neuf heures du matin, l’empereur monta à cheval. Le duc de Tarente se porta en avant avec 5,000 tirailleurs sous les ordres du général Charpentier. La cavalerie du général Sébastiani, la division de la garde, commandée par le général Friant, et la cavalerie de la vieille garde, suivirent; le reste de l’armée était en arrière d’une marche.

L’ennemi avait placé six bataillons au village de Ruchingen, afin de couper toutes les routes qui pouvaient conduire sur le Rhin. Quelques coups de mitraille et une charge de cavalerie firent reculer précipitamment ces bataillons.

Arrivés sur la lisières du bois, à deux lieues de Hanau, les tirailleurs ne tardèrent pas à s’engager. L’ennemi fut acculé dans le bois jusqu’au point de jonction de la vieille et de la nouvelle route. Ne pouvant rien opposer à la supériorité de notre infanterie, il essaya de tirer parti de son grand nombre; il étendit le feu sur sa droite. Une brigade de deux mille tirailleurs du deuxième corps, commandée par le général Dubreton, fut engagée pour le contenir, et le général Sébastiani fit exécuter avec succès, dans l’éclairci du bois, plusieurs charges sur les tirailleurs ennemis. Nos cinq mille tirailleurs continrent ainsi toute l’armée ennemie, en gagnant insensiblement du temps, jusqu’à trois heures de l’après-midi.

Le General Philibert-Jean-Baptiste-François Curial
Le General Philibert-Jean-Baptiste-François Curial

L’artillerie étant arrivée, l’empereur ordonna au général Curial de se porter au pas de charge sur l’ennemi avec deux bataillons de chasseurs de la vieille garde, et de le culbuter au-delà du débouché; au général Drouot de déboucher sur-le-champ avec cinquante pièces de canon; au général Nansouty, avec tout le corps du général Sébastiani et la cavalerie de la vieille garde, décharger vigoureusement l’ennemi dans la plaine.

Toutes ces dispositions furent exécutées exactement.

Le général Curial culbuta plusieurs bataillons ennemis.

Au seul aspect de la vieille garde, les Autrichiens et les Bavarois fuirent épouvantés.

Quinze pièces de canon, et successivement jusqu’à cinquante, furent placées en batterie avec l’activité et l’intrépide sang-froid qui distinguent le général Drouot. Le général Nansouty se porta sur la droite de ces batteries et fit charger dix mille hommes de cavalerie ennemie par le général Levêque, major de la vieille garde, par la division de cuirassiers Saint-Germain, et successivement par les grenadiers et les dragons de la cavalerie de la garde. Toutes ces charges eurent le plus heureux résultat. La cavalerie ennemie fut culbutée et sabrée; plusieurs carrés d’infanterie furent enfoncés; le régiment autrichien Jordis et les hulans du prince de Schwartzenberg ont été entièrement détruits. L’ennemi abandonna précipitamment le chemin de Francfort qu’il barrait, et tout le terrain qu’occupait sa gauche. Il se mit en retraite et bientôt après en complète déroute.

Il était cinq heures. Les ennemis firent un effort sur leur droite pour dégager leur gauche et donner le temps à celle-ci de se reployer. Le général Friant envoya deux bataillons de la vieille garde à une ferme située sur le vieux chemin de Hanau. L’ennemi en fut promptement débusqué et sa droite fut obligée de plier et de se mettre en retraite. Avant six heures du soir, il repassa en déroute la petite rivière de la Kintzig.

La victoire fut complète.

L’ennemi, qui prétendait barrer tout le pays, fut obligé d’évacuer le chemin de Francfort et de Hanau.

Nous avons fait six mille prisonniers et pris plusieurs drapeaux et plusieurs pièces de canon. L’ennemi a eu six généraux tués ou blessés. Sa perte a été d’environ dix mille hommes tués, blessés ou prisonniers. La nôtre n’est que de quatre à cinq cents hommes tués ou blessés. Nous n’avons eu d’engagés que cinq mille tirailleurs, quatre bataillons de la vieille garde, et à peu près quatre-vingts escadrons de cavalerie et cent vingt pièces de canon.

A la pointe du jour, le 31, l’ennemi s’est retiré, se dirigeant sur Aschaffenburg. L’empereur a continué son mouvement, et à trois heures après-midi, S. M. était à Francfort.

Les drapeaux pris à cette bataille et ceux qui ont été pris aux batailles de Wachau et de Leipzig, sont partis pour Paris.

Les cuirassiers, les grenadiers à cheval, les dragons ont fait de brillantes charges. Deux escadrons de gardes d’honneur du troisième régiment, commandés par le major Saluces, se sont spécialement distingués, et font présumer ce qu’on doit attendre de ce corps au printemps prochain, lorsqu’il sera parfaitement organisé et instruit.

Le général d’artillerie de l’armée Nourrit, et le général Devaux, major d’artillerie de la garde, ont mérité d’être distingués; le général Letort, major des dragons de la garde, quoique blessé à la bataille de Wachau, a voulu charger à la tête de son régiment, et a eu son cheval tué.

Le 31 au soir, le grand quartier-général était à Francfort.

Le duc de Trévise, avec deux divisions de la jeune garde et le premier corps de cavalerie, était à Gelnhausen. Le duc de Reggio arrivait à Francfort.

Le comte Bertrand et le duc de Raguse étaient à Hanau.

Le général Sébastiani était sur la Nida.