[ed-logo id=’7324′]

Latest Posts

1813 – Trente-Cinquième Bulletin de la Grande Armée

, 16 octobre 1813

Le 15, le prince de Schwarzenberg, commandant l’armée ennemie, annonça à l’ordre du jour, que le lendemain 16, il y aurait une bataille générale et décisive.

Carl Philipp von Schwarzenberg. Artiste inconnu
Carl Philipp von Schwarzenberg. Artiste inconnu

Effectivement le 16, à neuf heures du matin, la grande armée alliée déboucha sur nous. Elle opérait constamment pour s’étendre sur sa droite. On vit d’abord trois grosses colonnes se porter, l’une le long de la rivière de l’Elster, contre le village de Dölitz; la seconde contre le village de Wachau, et la troisième contre celui de Liebertwolkwitz. Ces trois colonnes étaient précédées par deux cents pièces de canon.

L’empereur fit aussitôt ses dispositions.

À dix heures, la canonnade était des plus fortes, et à onze heures les deux armées étaient engagées aux villages de Dölitz, Wachau et Liebertwolkwitz. Ces villages furent attaqués six à sept fois; l’ennemi fut constamment repoussé et couvrit les avenues de ses cadavres. Le comte Lauriston, avec le cinquième corps, défendait le village de gauche (Liebertwolkwitz); le prince Poniatowski, avec ses braves Polonais, défendait le village de droite (Dölitz), et le duc de Bellune défendait Wachau.

À midi, la sixième attaque de l’ennemi avait été repoussée, nous étions maîtres des trois villages, et nous avions fait deux mille prisonniers.

À peu près au même moment, le duc de Tarente débouchait par Holzhausen, se portant sur une redoute de l’ennemi, que le général Charpentier enleva au pas de charge, en s’emparant de l’artillerie et faisant quelques prisonniers.

Le moment parut décisif.

L’empereur ordonna au duc de Reggio de se porter sur Wachau avec deux divisions de la jeune garde. Il ordonna également au duc de Trévise de se porter sur Liebertwolkwitz avec deux autres divisions de la jeune garde, et de s’emparer d’un grand bois qui est sur la gauche du village. En même temps, il fit avancer sur le centre une batterie de cent cinquante pièces de canon, que dirigea le général Drouot.

L’ensemble de ces dispositions eut le succès qu’on en attendait. L’artillerie ennemie s’éloigna. L’ennemi se retira, et le champ de bataille nous resta en entier.

Il était trois heures après midi. Toutes les troupes de l’ennemi avaient été engagées. Il eut recours à sa réserve. Le comte de Merveldt qui commandait en chef la réserve autrichienne, releva avec six divisions toutes les troupes sur toutes les attaques, et la garde impériale russe, qui formait la réserve de l’armée russe, les releva au centre.

Maximilien Merveldt. Porttrait (1828-1829) de Franz Sir (NB)
Maximilien Merveldt. Porttrait (1828-1829) de Franz Sir (NB)

La cavalerie de la garde russe et les cuirassiers autrichiens se précipitèrent par leur gauche sur notre droite, s’emparèrent de Dölitz et vinrent caracoler autour des carrés du duc de Bellune.

Le roi de Naples marcha avec les cuirassiers de Latour-Maubourg, et chargea la cavalerie ennemie par la gauche de Wachau, dans le temps que la cavalerie polonaise et les dragons de la garde, commandés par le général Letort, chargeaient par la droite. La cavalerie ennemie fut défaite; deux régiments entiers restèrent sur le champ de bataille. Le général Letort fit trois cents prisonniers russes et autrichiens. Le général Latour-Maubourg prit quelques centaines d’hommes de la garde russe.

L’empereur fit sur-le-champ avancer la division Curial de la garde, pour renforcer le prince Poniatowski. Le général Curial se porta au village de Dölitz, l’attaqua à la baïonnette, le prit sans coup férir, et fit douze cents prisonniers, parmi lesquels s’est trouvé le général en chef Merveldt.

Les affaires ainsi rétablis à notre droite, l’ennemi se mit en retraite, et le champ de bataille ne nous fut pas disputé.

General_Antoine_Drouot
General Antoine Drouot

Les pièces de la réserve de la garde, que commandait le général Drouot, étaient avec les tirailleurs; la cavalerie ennemie vint les charger. Les canonniers rangèrent en carré leurs pièces, qu’ils avaient eu la précaution de charger à mitraille, et tirèrent avec tant d’agilité, qu’en un instant l’ennemi fut repoussé. Sur ces entrefaites, la cavalerie française s’avança pour soutenir ces batteries.

Le général Maison, commandant une division du cinquième corps, officier de la plus grande distinction, fut blessé. Le général Latour-Maubourg, commandant la cavalerie, eut la cuisse emportée d’un boulet. Notre perte, dans cette journée, a été de deux mille cinq cents hommes, tant tués que blessés. Ce n’est pas exagérer que de porter celle de l’ennemi à vingt-cinq mille hommes.

On ne saurait trop faire l’éloge de la conduite du comte Lauriston et du prince Poniatowski dans cette journée. Pour donner à ce dernier une preuve de sa satisfaction, l’empereur l’a nommé sur le champ de bataille maréchal de France, et a accordé un grand nombre de décorations aux régiments de son corps.

Le général Bertrand était en même temps attaqué au village de Lindenau par les généraux Giulay, Thielmann et Liechtenstein. On déploya de part et d’autre une cinquantaine de pièces de canon. Le combat dura six heures, sans que l’ennemi pût gagner un pouce de terrain. A cinq heures du soir, le général Bertrand décida la victoire en faisant une charge avec sa réserve, et non-seulement il rendit vains les projets de l’ennemi, qui voulait s’emparer des ponts de Lindenau et des faubourgs de Leipsick, mais encore il le contraignit à évacuer son champ de bataille.

Sur la droite de la Partha, à une lieue de Leipsick, et à peu près à quatre lieues du champ de bataille, où se trouvait l’empereur, le duc de Raguse fut engagé. Par une de ces circonstances fatales, qui influent souvent sur les affaires les plus importantes, le troisième corps, qui devait soutenir le duc de Raguse, n’entendant rien de ce côté, à dix heures du matin, et entendant au contraire une effroyable canonnade du côté où se trouvait l’empereur, crut bien faire de s’y porter, et perdit ainsi sa journée en marches. Le duc de Raguse, livré à ses propres forces, défendit Leipsick et soutint sa position pendant toute la journée, mais il éprouva des pertes qui n’ont point été compensées par celles qu’il a fait éprouver à l’ennemi, quelque grandes qu’elles fussent. Des bataillons de canonniers de la marine se sont faiblement comportés. Les généraux Compans et Friederichs ont été blessés. Le soir, le duc de Raguse, légèrement blessé lui-même, a été obligé de resserrer sa position sur la Partha. Il a dû abandonner dans ce mouvement plusieurs pièces démontées et plusieurs voitures.