Les soldats de Bonaparte ont-ils détruit le nez du Sphinx ?

Cet article est une traduction d’une contribution de Tom Holmberg, publiée sur le site des NapoleonicSeries. Qu’il reçoive ici l’expression de mes remerciements.

Bien que largement répandue, la légende qui veut que Bonaparte et ses troupes soient à l’origine, durant la campagne d’Egypte (1798-1801), de la disparition du nez du Sphinx, n’est effectivement qu’une légende. Mais où et quand celle-ci prit-elle son envol ? 

En fait, cette idée que le Sphinx doit à Napoléon la perte de son nez remonte au moins au début du XXe siècle.

C’est à peu près au moment de la Première Guerre Mondiale qu’un voyageur, visitant l’ Egypte, écrivit ce qui suit :

“prendre des photos, devant le Sphinx, chevauchant un chameau, était notre prochaine ambition (…) Donc, repoussant le hordes de voleurs venant de tous côtés, nous nous rendîmes à cette merveille impénétrable (…). La grande devinette de l’Est mystérieux. Combien de rames de papier ont-elles été écrits à propos de ce bloc difforme de pierre. Napoléon, un homme pratique, fit tiré quelques boulets sur son visage. Les obus explosifs n’existaient pas encore.” [in: Sommers, Cecil Temporary , London, John Lane, 1919 – Chapitre VI, 19 avril).

Le Sphinx des Pyramides

Dans un autre livre de la même époque, James Morgan, In the Footsteps of Napoleon, 1915, on peut lire (p 85)

“Il existe une tradition, parmi les arabes des Pyramides, que toutes les cicatrices de temps et les blessures de siècles de guerres, qui le Sphinx montre, ont été infligé par les soldats de Napoléon , qui l’a utilisé comme cible. Ce n’est, cependant, qu’une légende pour les touristes. Bien avant l’invention de la poudre, les Arabes avaient posé des mains iconoclastes sur la barbe de ce dieu du désert. ..”

Même si les guides Arabes ont pu répandre, au début, cette fable, elle semble avoir été perpétuée au cours des années par d’innombrables enseignants, de par le monde, qui ont transmis ce morceau d’ “histoire” à leurs étudiants.

Un sondage mené sur l’Internet a montré que pratiquement 21% des questionnés pensent que Napoléon est responsable de la disparition du nez du Sphinx. L’un des exemples les plus récents de la persistance de ce mensonge se trouve dans une conférence de Louis Farrakhan “Million Man March”, où il a dit:

la suprématie de la race blanche a conduit Napoléon à détruire le nez du Sphinx parce qu’il vous rappelle [sic] trop de la majesté du noir.

Et le transmission de ce mythe dans les cercles “Afrocentric” a même été le sujet d’un reportage de la télévision d’investigation de la chaîne de télévision américaine  “60 Minutes.”

Les Pyramides de Guizeh.

Cette erreur a persisté en dépit du fait que la vérité peut facilement être trouvée dans les sources de références habituelles, comme l’Encyclopédia Americana (Danbury, CT: Grolier, 1995). vol. 25, p.492-3 sous la référence “Sphinx”, qui explique:

“Durant les siècles, le Grand Sphinx a sévèrement souffert des conditions climatiques.  ..l’homme a été responsable des mutilations supplémentaires. En 1380 après J-C. le Sphinx a été la victime de l’ardeur iconoclaste d’un dirigeant musulman fanatique, qui a entraîné des blessures regrettables à la tête. Puis la tête a été utilisée comme cible pour les canons des Mameluks.” Dans le livre The Egyptian Pyramids: A Comprehensive Illustrated Reference (Jefferson, NC: McFarland, 1990), page 301, l’auteur, J.P. Lepre, ajoute que, en plus des dommages du XIVe, “la tête a été également défigurée, au XVIIIe siècle, par les maîtres d’alors de l’Egypte, les Mamelouks.”

Dans National Géographic (avril 1991 avril, page 36), Mark Lehner, un archéologue de l’Institut Oriental de Chicago, qui a créé une reconstruction sur ordinateur du Sphinx, écrit:

j’ai cherché des indices dans l’histoire et l’archéologie pour cette reconstruction. Un historien arabe du début du XVe siècle rapporte que le visage a été défiguré de son temps. Pourtant, encore aujourd’hui, les dommages sont faussement attribués aux troupes de Napoléon”.

L’Encyclopédie de l’Égypte ancienne d’Oxford (Oxford: Oxford Univ., 2001. Vol. 1, p. 30) parle aussi de cette légende :

Cette accusation est le plus souvent adressée à Napoléon , dont on dit qu’il a fait tirer sur le nez du Sphinx, accusation manifestement fausse, non seulement parce que les représentations occidentales antérieures montrent le Sphinx sans son nez (par exemple, le dessin publié en 1755 par Frederick Norden) mais aussi parce que les textes arabes médiévaux attribuent  les dommages à un musulman fanatique du XIVe siècle.

Le Sphinx. Gravure ancienne.

Les visiteurs européens qui vinrent en Egypte avant l’expédition de Napoléon avaient déjà découvert les actes de vandalisme dont avait souffert le Sphinx. En 1546, par exemple, quand Pierre Belon explore l’Egypte, il visite “le grand colosse.”

Leslie Vert écrit, dans La Découverte de l’Égypte (Londres: Cassell, 1966), p. 38, à cette époque,

“Le Sphinx n'[avait] plus la marque de grâce et beauté tant admirées par Abdel en 1200.”

Et Greener continue:

cela disculpe les artilleurs de Napoléon Bonaparte, qui ont la réputation populaire d’avoir utilisé le nez du Sphinx comme une cible.

Frederick , un artiste et architecte de la marine, qui a visité Egypte en 1737,  a décrit avec précision le Sphinx sans son nez, dans ses Voyages, en 1755. (Richard Pococke, qui a visité l’Egypte la même l’année que Norden, peint le Sphinx avec son nez, mais la gravure est généralement considérée comme une copie d’une oeuvre plus ancienne de Cornelius de Bruyn).

Enfin, un article d’Ulrich Haarmann, “Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt,” publié dans le Bulletin de l’École des Études Orientales et Africaines de l’université de Londres (BSOAS), vol. 43 (1980) p.55-66, rapporte que, selon Makrizi, Rashidi et d’autres professeurs arabes médiévaux, la face du Sphinx fut endommagée en 1378 par Mohammed Sa’im al-Dahr, un

“sufi fanatique appartenant au couvent de cet ordre le plus ancien et le plus respecté du Caire”.

Le nez et oreilles sont spécifiquement mentionnés, comme ayant été endommagés à cette époque. Selon une récit, écrit Haarmann, les habitants des environs furent tellement contrariés par la destruction qu’ils le lynchèrent et l’enterrèrent près du célèbre monument qu’il avait endommagé. (cf. un article de Ann Macy Roth sur le site Internet Ancient Near East Digest – University of Chicago, Oriental Institute).

Ceci confirme l’information publiée dans le livre de Selim Hassan, The Sphinx: Its History in Light of Recent Excavations (Cairo: Government Press, 1949. P. 81-83) qui déclare que Sa’im al-Dahr enleva le nez du Sphinx avec des bec-de-corbins.

Laisser un commentaire