25 décembre 1800: le général Moreau signe l’armistice de Steyr

En cet automne 1800, l’archiduc Charles, sur les conseils de son médecin, le docteur Mayer, de Prague, se prépare à prendre les eaux, à Bad Pyrmont. Mais il a besoin, pour cela, de l’autorisation de l’empereur François. Ce dernier lui répond qu’il souhaite que Charles s’engage plus personnellement pour la défense du pays, mais, comme il est “le seul à connaître l’état de sa santé”, à lui de décider ce qu’il “croit être bon”. L’archiduc est aussitôt prêt à servir l’empereur: Il ne connaît pas de “devoir plus grand et plus sacré” que de de remplir ses “devoirs de frère et de serviteur de l’état.”. L’empereur n’en attendait pas moins: il saisit la main ainsi tendue, et envoi le prince Colloredo avec une lette écrite de sa main:

La situation de la Monarchie est telle que nous ne pouvons encore pas compter sur la paix, et que nous devons réunir toutes nos forces pour, le cas se présentant, repousser l’ennemi hors de nos frontières.(..) Je souhaite donc que (..) si ta santé le permets, tu te mettes à la tête de mon armée en Allemagne“.

Toutefois, une telle prise de commandement est soumise à des conditions que Charles n’accepte pas. L’empereur prend acte de ce refus, dans des termes amicaux.

L’archiduc suit les événements qui se déroulent dans l’armée de son frère, le prince Jean, avec intérêt. Il est toujours prêt à donner des conseils. Il regrette   et essaye de l’en consoler.

Pourquoi a-t-on  repoussé ma proposition si souvent réitérée, d’être à mes cotés dans les campagnes de 1796 et 1799. Tu serais maintenant un général confirmé, et j’aurais eu le grand bonheur d’avoir à mes cotés et d’avoir partagé avec lui les fatigues, les soucis et les dangers.”

Au passage, il lui donne un conseil: 

Tu n’as pas d’autre choix, au moment du déclenchement des hostilités, que d’avancer avec ton armée et d’attaquer l’ennemi, car dans ta position actuelle, tu ne peux songer à la défensive.

l oublie que Jean n’est qu’un trompe-l’œil, et que le vrai chef de l’armée, c’est Lauer.

Charles s’occupe alors de l’armement de la Bohême, en particulier de la formation d’un corps de réserve, proche d’une milice, auquel il donne le nom de “Légion Archiduc Charles”. Mais son état de santé, avec le temps d’automne, se détériore. 

Le 10, Schwarzenberg écrit à sa femme:

“L’esprit de notre armée n’a jamais été aussi troublé que maintenant. Les dernières affaires ont au moins montré que nous n’avons plus de chefs !”

Le général Moreau à Hohenlinden
Le général Moreau à Hohenlinden

Charles reçoit bientôt des nouvelles d’une nouvelle catastrophe: l’armée d’Allemagne vient de se faire battre à Hohenlinden. Petit à petit, ces nouvelles se précisent: après l’armistice, Moreau s’est avancé avec trois corps d’armées en direction de Münich. La colonne principale de l’armée  de Jean s’est elle avancée à travers la forêt d’Hohenlinden, tombant dans une embuscade tendue par le général français, dont l’infanterie surgit des fourrés et mitraille les autrichiens, lui infligeant des pertes importantes. Puis, dans une large clairière, ces derniers se sont heurtés au gros des troupes de Moreau, qui était en ordre de bataille. Les autres colonnes de Jean ont été retardées dans une tourmente de neige, ce qui a décidé du sort de la bataille. L’armée autrichienne, qui a perdu 10.000 hommes (contre 2.500 coté français), s’enfuit, le chemin de Vienne est ouvert devant Moreau.

Ce dernier peut écrire à Berthier, ministre de la guerre: 

“L’armée autrichienne a été complètement battue. Le 11, à Hohenlinden, nous avons pris environ quatre-vingt bouches à feu et deux cent caissons, dix mille prisonniers, un grand nombre d’officiers, parmi lesquels sont trois généraux; la perte de l’ennemi est incalculable, la poursuite a duré jusqu’à la nuit. L’armée est fière de son succès, surtout par l’espoir qu#elle contribuera à accélérer la paix.”

Le 11 décembre, l’archiduc Charles reçoit une lettre écrite par l’empereur, qui est presque une prière:

“Maintenant, il s’agit d’éviter le pire et de défendre le pays autant qu’il est possible. . Maintenant je souhaite ardemment et te demande, que tu te mettes, le plus tôt que tu le pourras, au service de l’Armée, de manière à arrêter, avec ton intelligence, le désastre. (..) Si ta santé de te permets pas d’être présent en personne, soit au moins assez proche, pour diriger les opérations. J’attends tout de ton amour pour moi et compte que tu ne m’abandonneras pas, au moment où il s’agit du salut de l’État.”

Le 12 décembre, la milice bourgeoise est appelée sous les armes. Elle remplace, pour les trois prochains mois, la garnison envoyée sur le front.

Aussi, le 14 décembre, Charles quitte Prague, pour rejoindre son frère Jean. Il s’aperçoit bientôt que ce qui reste de l’armée autrichienne n’est plus en état de combattre.. En fait, elle est dans le même état qu’en 1797, lorsqu’il prenait le commandement sur le front italien,. Elle est complètement désorganisée, pratiquement sans défense, la désertion s’accroît, il n’y a plus de résistance. Il n’est plus temps de faire parvenir des renforts. Les milices refusent de marcher, et l’insurrection hongroise ne veut pas intervenir.

Le général Lecourbe
Le général Lecourbe

Le 15, les Autrichiens évacuent Salzbourg, après un courageux et victorieux combat d’arrière garde, où ils ont mis hors de combat, à un contre deux, 1.000 hommes du général Lecourbe.

Schwarzenberg:

“(..) Nous avons été obligé de quitter nos positions cette nuit, alors qu’on avait repoussé les attaques de l’ennemi, car nous savions que l’ennemi manœuvrait sur notre flanc. Ma division n’a pas été au feu, nous avons marché toute la nuit, et, à mon arrivée, j’ai reçu l’ordre de prendre le commandement du corps de réserve Liechtenstein doit se rendre à Vienne On lui demande de venir expliquer clairement que l’armée est aux abois et qu’une bataille perdue signifierait la déroute de l’armée, mais qu’une victoire ne ferait que retarder les souffrances d’une campagne hivernale.”

Car les troupes autrichiennes viennent de vivre de terribles jours, comme se le rappelle le wallon Pierre Martin Pirquet, plus tard général de l’armée impériale et royale:

“Nous marchâmes tout le jour (..) cela faisait sept jours que nos hommes n’avaient vu de pain, ils ne pouvaient plus avancer. Nous avions perdu tellement d’hommes durant les combats, que nos deux bataillons n’en formaient plus qu’un tout petit. Tout ce qui était inutile avait été envoyé à Theresienstadt, pour former un nouveau bataillon. On faisait le service d’avant-poste au piquet, et dans la neige, sans allumer de feu (..) Les hommes désertent, de désespoir, je dois contrôler tous les postes, et ce faisant je suis dans la neige et la glace jusqu’au ventre.”

Schwarzenberg précise à sa femme:

“Mon cœur se serre, lorsque j’entends les plaintes de tous ces malheureux, qui sont dépouillés par leur propres gens et doivent attendre que les français finissent le travail  ! Dans cet état, le soldat est fatigué et incontrôlable.”

Le 18, Charles prend officiellement le commandement de ce qui reste de l’armée autrichienne: 25.000 soldats, grelottants, exténués et découragés. Il écrit au duc Albert von Sachsen-Teschen, son père adoptif:

“Ils veulent tous se dépêcher d’aller à Vienne, car alors la paix doit être signée. On voudrait pleurer, lorsque l’on voit les troupes, lorsqu’on entend les généraux et les soldats parler.”

Le général Richepanse
Le général Richepanse

Encore un combat à Lambach: 3.000 Autrichiens sont aux prises aux 5.000 français commandés par Richepanse (celui qui a sauvé la mise à Moreau, à Hohenlinden). Le prince de Liechtenstein et le général Meczery sont faits prisonniers. C’est la désintégration de l’armée autrichienne. Charles doit encore reculer. Le 20 décembre il est à Kremsmünster. Les Autrichiens ne sont plus en mesure de résister: ils laissent aux mains de Lecourbe 1200 hommes.

 

 


À Lambach, un monument et une chapelle rappellent les combats de 1800

À Vienne, une proclamation de l’Empereur n’a fait que déclencher la panique et une fuite éperdue. Comme en 1797, les banques sont assaillies On cherche à échanger la monnaie papier contre une monnaie plus sonnante et trébuchante. Ceux qui le peuvent quittent la ville avec leurs biens. Le chroniqueur viennois Rosenbaum écrit dans son Journal:

Les diligences pour Pest et Presbourg sont surchargées. On demande des sommes exorbitantes pour un voyage vers la Hongrie, qui sont payées ! À la Cour également, on emballe les objets de valeur et expédiées sur le Danube. Les théâtres jouent devant des salles à moitié vides. Les étrangers et les personnes <inutiles> sont expulsées de la ville. Les habitants sont exhortés à défendre les lignes de défense, 10 000 viennois prêtent leur concours à la consolidation des redoutes.. On installe des canons et des fours à pain sont installés sur toutes les places de la ville. Le climat ressemble à celui de 1797, on se croirait même < selon un témoin > revenu au temps de la garde contre les turcs.”

Même François réalise qu’il ne faut pas espérer un redressement favorable de la campagne.

Le 22 décembre, le prince Schwarzenberg, accablé, écrit à son épouse:

“Ensdorf, devant Steyer.

Je commence à croire qu’il faudrait être fou d’attendre un bombardement de Vienne; je te conjure, ma Nany, sur tout ce que tu as de plus sacré, sur notre petit, de te sauver vers Presbourg, qui semble encore sûre; le voyage n’est pas long et ne peut lui faire de mal. Mon Dieu, que devons-nous subir ! Lorsque tu remarqueras qu’à Vienne on n’espère plus en la paix, essaye alors de dissimuler nos meilleurs meubles, livres et portefeuilles dans la ville, s’il le faut dans les caves. Prie, ma Nany, prie, tes prières ont déjà beaucoup apporté, prie encore et j’espèrerai (..) Combattre pour ses foyers (en français dans le texte) mais avec qui ? (..) Tu vas encore me fuir, nous ne sommes plus des soldats, une horde de brigands (..) “

Le 24 décembre, l’armée autrichienne est à Amstetten. L’archiduc Charles reçoit enfin de Vienne l’autorisation expresse de conclure un armistice. 

Le général Moreau
Le général Moreau

Moreau reçoit l’assurance de l’archiduc Charles qu’on ne suspendra les hostilités que pour traiter immédiatement de la paix, et il se montre disposé à le croire.

“Mieux vaut conquérir la paix que la gloire” dit-il à ses lieutenants, qui le poussent à entrer dans Vienne

Le 25 décembre 1800, à Steyr, Moreau signe les conditions d’un cessez-le-feu et du traité de paix qui doit suivre, un cessez-le-feu est signé. Les Autrichiens doivent évacuer une partie de la Haute Styrie (jusqu’à Leoben), Würzburg, Braunau et le Tyrol du nord. Aucune troupes ne doivent être envoyées en Italie.

Sources

A. Thiers. Le Consulat et l’Empire. Paris, 1847
A. Fugier. Napoléon et l’Italie. Janin, Paris, 1947
A. Plitschnack. Napoleon vor Wien. Amalthea, Vienne, 2000
D. Smith. The Grennhill Napoleonic Wars Data Book. Greenhill, Londres, 1998
J. Garnier. La campagne d’Allemagne de 1800 après Hohenlinden: la marche sur Vienne. La revue Napoléon, n° 4
Correspondance de Napoléon (sur ce site)
H. Hertenberger, F. Willtscheh. Erzherzog Karl, der Sieger von Aspern. Styria, Graz, Vienne, 1983