1806 – Quatorzième Bulletin de la Grande Armée

Dessau, 22 octobre 1806

Le maréchal Davout est arrivé le 20 à Wittenberg et a surpris le pont sur l’Elbe au moment où l’ennemi y mettait le feu.

Le maréchal Lannes est arrivé à Dessau; le pont était brûlé; il a fait travailler sur-le-champ à le réparer.

Le marquis de Lucchesini s’est présenté aux avant-postes avec une lettre du roi de Prusse. L’Empereur a envoyé le grand maréchal de son palais, Duroc, pour conférer avec lui.

Magdeburg est bloqué. Le général de division Legrand, dans sa marche sur Magdeburg, a fait quelques prisonniers. Le maréchal Soult a ses postes autour de la ville. Le grand-duc de Berg y a envoyé son chef d’état-major, le général Belliard. Ce général y a vu le prince de Hohenlohe. Le langage des officiers prussiens était bien changé; ils demandent la paix à grands cris : 

“Que veut votre Empereur, nous disent-ils, nous poursuivra-t-il toujours l’épée les reins ? Nous n’avons pas un moment de repos depuis la bataille.”

Ces messieurs étaient sans doute accoutumés aux manœuvres de la guerre de Sept Ans. Ils voulaient demander trois jours pour enterrer les morts. 

“Songez aux vivants, a répondu l’Empereur, et laissez-nous le soin d’enterrer les morts; il n’y a pas besoin de trêve pour cela”

La confusion est extrême dans Berlin; tous les bons citoyens gémissaient de la fausse direction donnée à la politique de leur pays, reprochent avec raison aux boute-feux excités par l’Angleterre les tristes effets de leurs menées. Il n’y a qu’un cri contre la la Reine dans tout le pays.

Il parait que l’ennemi cherche à se rallier derrière l’Oder.

Le souverain de Saxe a remercié l’Empereur de la générosité avec laquelle il l’a traité, et qui va l’arracher à l’influence prussienne. Cependant bon nombre de ses soldats ont péri dans toute cette bagarre.

Le quartier général était le 21 à Dessau.